23 mars 2010

Une classe de Kévin...

            Amis de la pédagogie, chantres du principe d'éducabilité pour tous, partisans de la pédagogie différenciée, passez votre chemin. Ce billet a peu de chances de vous plaire, et pour tout dire, c'est pour moi l'exutoire de six mois de galères, frustrations, échecs, remises en cause, culpabilité. J'ai envie d'y cracher tout le fiel que m'inspire ma classe d'affreux.

      J'ai du mal à croire qu'à 20 piges passées on puisse être aussi con, tout autre mot me semble vide de sens pour qualifier le comportement de ces affreux. J'ai encore passé ma semaine à clamer qu'ils sont bêtes à bouffer du foin, puis j'ai pensé au Gris, et je me suis dit que la comparaison n'était pas flatteuse (pour le cheval...). J'ai également proposé à mes collègues compagnons de galère de planter les horribles au milieu du champ d'éoliennes qui se trouve pas très loin du lycée, ça me semble le seul moyen de les rentabiliser. Avec l'air qu'ils brassent, je pense qu'on peur fournir de l'électricité à la plateforme pétro-chimique et à la ville attenante pour au moins 10 ans ! (oui, en plus d'enseigner au milieu d'anciennes mines désaffectées, on a aussi la chance d'être dans la zone de danger d'un grosse industrie lourde classée seveso, c'est cool, non ?)
J'ai bien fait rire la prof de maths quand je lui ai dit que je comptais prendre un pseudo pour signer leurs descriptifs de bac, parce que je ne voulais pas que mon nom apparaisse et qu'on sache que ça venait de chez moi... (oui, parce qu'en plus, ces crétins, ils passent l'EAF cette année ! au secours...).

      Allez, morceaux choisis de cette semaine et des précédentes (mais la majorité a eu lieu cette semaine).

* Conseil de classe (auquel aucun parent n'assistait, on voit l'implication...) : lorsqu'on demande au délégué pourquoi il n'en glande pas une, sa réponse a été "J'ai pas envie." J'ai alors vu l'adjointe avec de la fumée qui sortait des naseaux, et effectivement, elle l'a fumé sur place. Postulat : ils ne fonctionnent qu'à l'envie, n'ont aucun notion de contrainte et de responsabilité personnelle. Petit rappel, ils ont tous au moins 20 ans.

* Conseil de classe, bis ; le délégué, bis : "Pis je vois pas à quoi ça sert l'histoire, le français et la philo l'année prochaine ! Je crois pas que c'est ça qui va me permettre de comprendre les choses autour de moi" (à ce moment-là, j'avais pris le parti de rire nerveusement avec mes voisines à chaque sortie hautement intelligente des délégués...)

* Conseil de classe, ter : moyenne en français au premier trimestre : 7,3. Moyenne en français au deuxième trimestre : 6,2. No comment. Je rappelle quand même qu'ils ont les épreuves du bac dans 3 mois ?

* Argument massue de plusieurs élèves de la classe pour expliquer le fait qu'ils ne travaillent pas (entendu de mes propres oreilles, de la part d'au moins 3 affreux, opinion partagée par beaucoup d'autres de la classe) : "Pourquoi on se casserait à travailler à l'école, on n'est pas payé pour ça, vous c'est normal que vous travailliez, vous avez une paie !"

* Brèves de cours, 1 : vous vous rappelez le délégué sus-nommé ? Lorsque j'ai osé (mon dieu quelle audace, quel autoritarisme de ma part !) lui demander de s'asseoir correctement et de parler moins fort que moi, il m'a aimablement répondu : "Putain ! Elle va pas commencer à me casser les couilles dès le matin celle-là !". Je l'ai envoyé se faire casser les couilles chez la CPE. Excuse invoquée devant elle pour se justifier ? "J'ai pensé trop fort." La CPE, elle a moyennement apprécié, elle est devenu tout rouge... L'élève, lui, il voit pas où est le problème.

* Brève de cours, 2 : "Ouais madame, c'est trop abusé, vous arrêtez pas de nous faire des sarcasmes !" (point positif, il connaît le mot sarcasme, employé ici dans un contexte pertinent). Alors oui, je suis sarcastique au bout d'un moment, vu que la douceur, ça ne marche pas, la pédagogie, ça ne marche pas, les engueulades, ça ne marche pas, les colles, ils ne viennent pas, la diversification des supports et des méthodes, ça ne marche pas, les exclusions, ça ne marche pas, les punitions, ils ne les font pas. Donc oui, je les casse quand l'occasion se présente (et encore, ils ont besoin des sous-titres pour se rendre compte que je les casse...). Bref, tout ça pour dire que Mônsieur n'accepte pas que je leur donne des ordres, qu'il estime que je n'ai pas à leur parler de manière autoritaire, qu'il s'estime le droit de me parler sur le ton qu'il veut, comme il veut, quand il veut, avec le vocabulaire qu'il veut. Quand je lui explique par a+b que respect au sein du lycée entre profs et élèves ne signifie pas égalité entre profs et élèves au sein du lycée, il s'insurge, et me rétorque agressivement qu'il continuera à me parler sur le ton qu'il veut. Je l'ai envoyé expliquer son point de vue ailleurs que dans ma salle (same player shoot again...)

* Brève de cours, 3 : moi "Mais qu'est-ce que vous faites là ? Vous ne travaillez dans aucune matière, vous venez en touriste, qu'est-ce que ça vous apporte ?" L'élève : "Tant que je suis à l'école, mes parents ils ont les allocs et la bourse..."
Je laisse échapper un "Argh" de douleur ?

* Brève de cours, 4 : "Madame, les cours, ils s'arrêtent quand ?" Moi, in petto : "Mais tout de suite si tu veux !!! Ça me fera des vacances !!! Barrez-vous, cons de mimes !!!!!!"

* Brève de cours, 5 : J'arrive devant la salle, deux élèves présents, 8 autres qui arrivent au compte-goutte en me toisant sans un mot d'excuse, ni un bonjour. Une heure plus tard, je découvre dans le lycée deux autres élèves qui n'ont pas daigné se présenter à mon cours, et bien sûr, eux trouvent ça normal "Naaaan, mais vous comprenez madame, y avait grève, on savait pas si vous étiez là... " Bande de blaireaux ! J'ai un manteau rouge vif, on ne voit que moi quand je traverse la cour pendant la récré ! Foutez-vous de moi surtout !

* Brève de cours, 6 : Réunion parents/profs : 1 couple de parents a fait le déplacement...

* Brève de vie sco, 1 : "Bonjour madame, ça fait un moment qu'on n'a plus de nouvelles de Kévin, qu'est-ce qu'il a ?" "Oh bah je sais pas bien, y a sa voiture dans l'allée et la porte de sa chambre est fermée, il doit être encore au lit !" (N.B. : on est mercredi, il est 11h...)

* Brève de vie sco, 2 : "Oh ben vous savez, on est déjà content quand il se lève pour aller au lycée, alors de là à ce qu'il se mette au travail..."

J'en ai encore pleiiiiiiiiiin du même acabit. Et dans tout ça, je passe sur le fait qu'ils ne savent même pas qu'ils sont insolents, ils ont tellement intégré le fait que selon eux, ils peuvent parler comme ils veulent à qui ils veulent qu'ils ne se rendent absolument plus compte qu'ils dépassent les bornes quasiment à chaque fois qu'ils ouvrent la bouche. Selon eux, ils réservent cette insolence à l'école et jurent leurs grands dieux que quand ils bosseront, ils se plieront aux contraintes et ne parleront pas comme ça (soit dit en passant, ça veut dire que tous les membres du lycée sont pour eux quantité négligeable...). Mouais, surtout quand j'ai appris que le plus âgé de la classe avait repris une formation suite à un licenciement parce qu'il avait insulté le patron de sa boîte.

Mon seul espoir réside dans le fait qu'il commence à faire beau... Normalement, ça devrait vider les rangs assez vite, surtout quand on voit leur motivation initiale. Avec un peu de chance, après les vacances de printemps, on ne devrait plus avoir que les moins pires.
Franchement, des élèves comme ça, qu'est-ce qu'ils font là ? Même eux ne savent pas pourquoi ils viennent au lycée. A mi-mots, on comprend qu'on les a intégrés pour ne pas perdre d'effectifs, la hantise de l'administration qui craint la désertification de l'établissement au profit de lycées proches plus importants en terme de structure et de nombre d'élèves.

Sinon, à part ça, JE VEUX DES VACAAAAAAAAAANCES !!!!!

Posté par Hermione0908 à 22:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Commentaires sur Une classe de Kévin...

    Comme je te plains... Des élèves comme ça, je crois que je finirais par péter un boulon en plein cours! Bon courage, les vacances approchent (et après on nous reproche d'avoir des vacs tt le temps... s'ils savaient!!!).

    Posté par Anna, 24 mars 2010 à 00:19 | | Répondre
  • Sympa ton blog...

    A mon époque,en 1998, on passait le BAC à 18 ans...

    Posté par Miss_cuicui, 24 mars 2010 à 19:34 | | Répondre
  • @ Anna : j'en suis pas loin, de péter un câble... En ce moment, quand je rentre en classe, j'ai envie de m'asseoir à mon bureau et d'attendre que ça se passe, sans rien dire (je vais peut-être le tenter un de ces quatre, juste pour voir...) vu que je ne peux pas faire cours normalement. Je plains les quelques uns qui essaient de s'intéresser.

    @ Miss Cuicui : Bienvenue chez moi. En ce qui concerne leur âge, il s'agit d'une première d'adaptation, donc d'élèves qui sont passés par la case BEP avant de reprendre un cycle "traditionnel" (de leur plein gré, c'est ça le pire...). Ceci dit, même en leur ajoutant cela, ils ne sont pas en avance quand même, d'autant que la majorité a retapé au moins une année de BEP.

    Posté par Hermione, 24 mars 2010 à 21:04 | | Répondre
  • je te comprends, j'ai l'impression en te lisant que tu décris mes élèves et mes anecdotes d'enseignement.

    les problèmes sont souvent ancrés tôt dans la scolarité, j'ai actuellement des 3è qui ressemblent trait pour trait à tes élèves de lycée.
    et pour avoir eu des lycéens en zone défavorisée il y a 2ans, j'avais aussi des comportements similaires et des élèves de 21ans en terminale sans pour autant être passés ailleurs que par la voie "classique"

    je me suis permise de faire un lien vers ton blog sur le mien, tellement je m'y retrouvais!

    Posté par bliksem, 24 mars 2010 à 22:17 | | Répondre
  • Il vaut mieux en rire qu'en pleurer...
    bliksem, moi aussi je me suis permise de mettre ton blog en lien sur le mien

    Posté par mademoisill, 25 mars 2010 à 17:01 | | Répondre
  • Mon dieu...

    Je suis consternée...

    Et je suis d'autant plus consternée que je vois très nettement ces mêmes élèves 5-6 ans plus jeunes dans ma classe et que ça me désole de me dire que ça va pas s'arranger...

    Posté par Zzaz, 26 mars 2010 à 08:41 | | Répondre
  • Le vieil argument : "mais on n'est pas payé pour bosser m'dame!"...
    J'y ai droit tous les jours aussi. Je reste toujours autant scotchée devant leur comportement d'enfant gâté.
    Je leur sors (la prof bien rasoir...) toujours l'exemple d'une élève de ZEP qui arrivait tout juste du Congo, et qui hallucinait sur le luxe de nos écoles, qui tombait de haut en entendant ce genre de commentaires, elle qui, là-bas, faisait plusieurs kms à pied pour aller à l'école, dans une classe d'une soixantaine d'élèves, assis à même le sol...et qui auraient tué père et mère pour ne pas manquer un seul jour de classe...
    L'espace de 5 min de grâce, ils comprennent ce que je veux dire, un léger silence flotte...et hop, ils oublient tout ce que je viens de dire et reprennent leurs attitudes de sales gosses...
    Je me retrouve dans tout ce que tu écris.
    Bon courage !

    Posté par Lumane Envolée !, 19 juin 2010 à 23:41 | | Répondre
Nouveau commentaire